« Allô Docteurs », une manipulation mensongère de l’information

Quand une émission médicale du service public poursuit une vindicte très personnelle contre un traitement.

Le 30/10/14, l’émission Allô Docteurs était diffusée en direct sur le sujet « Alcool : arrêter grâce aux médicaments ? »

Présenté par Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse, les deux invités étaient :
– Pr Michel REYNAUD, psychiatre, addictologue à l’hôpital Paul Brousse, Villejuif
– M. Samuel BLAISE, président de l’association Olvier Ameisen, Paris

Il a été pendant un certain temps, possible de revoir cette émission sur le site allo-docteurs-du-30-10-2014_1   Mais celle-ci était expurgée de toutes les interventions de Samuel Blaise.

Voici ce qu’il en reste maintenant : sortir-de-l-alcoolisme-grace-aux-medicaments   Le message est aux antipodes de l’émission d’origine visible ici en intégralité. Il est clairement à charge contre le baclofène et en faveur du Selincro et de l’Alcover. Toutes les interventions de Samuel Blaise ont été censurées. Il s’agit clairement de manipulation mensongère de l’information.

Il est par ailleurs regrettable  de constater que toutes les émissions Allô Docteurs sont à charge contre ce traitement ou insinuent avec insistance son inefficacité et sa dangerosité, montrant ainsi une interprétation partiale des données de la science et un biais intellectuel intentionnel. C’est un manquement flagrant aux principes déontologiques journalistique et médical et une utilisation malhonnête du service public qui a vocation à informer de façon juste et impartiale.

Aujourd’hui, cette émission lance un appel a témoins

« Effets secondaires du baclofène : Vous êtes alcoolo-dépendant et vous avez pris du baclofène. Ce traitement a entraîné des effets secondaires importants, voire dangereux et vous a contraint à l’abandonner. Votre témoignage nous serait précieux. Votre anonymat bien sûr peut être préservé.« 

Qui vont être les « experts » pour cette prochaine vindicte anti-baclofène ? Leurs amis perclus de conflits d’intérêts comme d’habitude ? C’est exploiter l’ignorance du grand public alors que la mission d’un journaliste est de l’éclairer.

Pourquoi cet angle éditorial à charge contre ce traitement ? C’est exclure les dizaines de milliers d’anciens malades maintenant guéris qui peuvent venir témoigner de son efficacité et de la réalité de ses effets secondaires.

Cette attitude rend Michel Cymes et Marina Carrère d’Encaussse complices des ruptures dans la continuité des soins au sens de l’article R.4127-47 du code de la santé publique, entraînant de facto la mise en danger de la vie d’autrui.

Nous en informons la chaîne France 5 et le CSA pour que cessent ces pratiques indignes.

Cet appel à témoins à charge est une honte, le reportage qui en résultera déstabilisera encore un peu plus les médecins et pharmaciens.

N’hésitez pas à manifester votre désapprobation à ce type de pratique en utilisant le formulaire pour témoigner de votre succès face à l’alcool grâce au baclofène ou de votre attachement à ce traitement.